/>
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue Dans Mon Îlet

  • : Ilet de Chriss
  • Ilet de  Chriss
  • : Plein de photos de mon île de la Réunion, Des petits textes tout doux, Mes amours, Paris, l'océan Indien, l'Inde, le Vietnam... Mes passions, mes zistoires, mes zamis, mes coups de coeur et plein d'autres choses encore....Vous qui passez me lire, faites un clic sur "Ecris moi un p'tit mot" ! Je suis Chriss, mes enfants : Plouf et Mwa, leur père Bill a disparu en 2006. La famille s'est agrandie avec ChérideMwa, Baby 1 en 2012 et Baby 2 en 2014 ! Un billet par jour pendant 4 ans puis un peu moins régulièrement depuis quatre ans et mon nouveau boulot... Mais vous avez plus de 1600 articles à lire alors, bonne lecture !
  • Contact

  • Chriss

Recherche

J'ai Déjà Écrit Tout Ça !

Tous Mes Articles Par Thèmes

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 21:00

C'était en mars à Paris.

Le long du canal.

Il était assis là.

nous sommes tous un peu des terroristes

L'air tranquille sur son banc. Un morceau de fourrure faisait le tour de son cou. De dos il a l'air inoffensif.

Pourtant près de lui, un sac. Un sac plastique.

A l'intérieur, une bombe qu'il vient de fabriquer dans sa cuisine. Il est un peu terroriste, c'est écrit derrière lui. Le problème c'est qu'il ne sait pas quoi faire sauter. Y a pas grand monde qui passe là. Ou alors un à la fois. Ca vaut pas le coup !

Il est nerveux et croise et recroise ses jambes. Hésite. Peut-être va-t-il débrancher sa petite fabrication.

Que décide-t-il ?

 

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Chriss - dans Sur un Banc
commenter cet article

Commentaires

C. 02/05/2010 20:01


Ah! c'est bon, ça décape ce scénario,à partir d'une photo trés chouette...J'aime ton histoire, comme on compose une musique de film sur un thème et sur les images.
Bisous.


Chriss 03/05/2010 20:12



Merci C. ! C'est le but ! Tu peux t'y essayer aussi, avec tes mots je suis sûre que je me régalerai !


bisous à toi



Philémon 02/05/2010 19:54


ben on a été deux à passer presqu'au même moment.
ouf, on l'a échappé belle ;o)


Chriss 03/05/2010 20:10



Hein tu te rends compte ! A quoi ça tient quand même !!!
lol



Chandelin 02/05/2010 18:40


Merci Chriss. Ta photo et l'énoncé que tu lui as collée se prêtent très bien aux petits sentiers de l'invention, domaine que je trouve vraiment intéressant à explorer, même si mon texte est
perfectible (mon ennemi en ce moment : le temps, ou plutôt, son manque).


Chriss 03/05/2010 20:05



Mon texte se terminait par une question justement pour laisser à mes lecteurs la possibilié d'écrire. Ce que tu as fait avec brio ! C'est exactement ce que j'attendais.


Tu as fermé ton blog mais continueras-tu à passer chez tes blogamis ?


Porte toi bien ! Bisous



Chandelin 02/05/2010 08:03


Une jolie femme arrive au loin. Habillée sexy, maquillage un peu trop appuyé, petit short moulant, débardeur léger... Au moment de passer devant le jeune homme, elle lui lance un coup d'oeil
aguicheur, et un demi-sourire conquérant, lancé comme une invite forcée. Elle s'arrête, puis se dirige vers lui, en accentuant son déhanché. Elle connaît la faiblesse masculine. Depuis le temps
qu'elle la pratique, elle fera de ce type ce qu'elle en décide, puis le jettera hors de son lit, encore à moitié à poil sur le palier, une fois ses sens rassasiés. Elle déguste l'humiliation comme
un mets précieux.

Le jeune homme a le regard de plus en plus triste en observant cette jolie femme s'approcher de lui. Il s'empare de son sac, et lorsqu'elle s'apprête à lui lancer ouvertement les premières
banderilles de sa drague décomplexée, il le fait exploser en sa direction.

Les couleurs ternissent, les arbres fondent, le canal derrière elle s'affaisse sur lui-même, le jappement d'un chien lointain se déforme en s'étirant dans un long cri ralenti dans le temps, puis
tout devient noir.

Assise par terre, le rimel dégoulinant des cils jusqu'au menton, les cheveux défaits, la femme retrouve sa place dans le monde. Tout est normal. Le banc en face d'elle est vide.
Ses rides sont plus marquées, son regard est hanté, son assurance s'est enfuie. Elle est moins belle que ce qu'elle paraissait. Un rien hébétée, elle a le visage luisant. Ce sont les larmes d'une
femme qui passe son temps à masquer son âge réel, qui pleure une solitude dévorante et une vie entière à fuir ses démons d'enfance. Elle hait les hommes. Elle en a terriblement peur. Elle est seule
dans son existence depuis l'éternité.

La bombe a dynamité les apparences.

Plus loin, un sac en plastique vide, léger, roule sur lui-même, tourbillonne, s'envole, puis tombe dans le canal.


Chriss 02/05/2010 11:17



ah ! voilà un petit bijou comme j'aime !


un vrai scénario ! y a plus qu'à trouver le réalisateur !


merci Chandelin, merci tout plein pour ce texte bien ficelé


bisous bisous



Madeleine 01/05/2010 21:23


Je parle du " CHARLATAN" de Paris ,pas de Bordeaux..........


Chriss 02/05/2010 11:09



Il croit toujours qu'on parle que de lui....



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -