/>
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue Dans Mon Îlet

  • : Ilet de Chriss
  • Ilet de  Chriss
  • : Plein de photos de mon île de la Réunion, Des petits textes tout doux, Mes amours, Paris, l'océan Indien, l'Inde, le Vietnam... Mes passions, mes zistoires, mes zamis, mes coups de coeur et plein d'autres choses encore....Vous qui passez me lire, faites un clic sur "Ecris moi un p'tit mot" ! Je suis Chriss, mes enfants : Plouf et Mwa, leur père Bill a disparu en 2006. La famille s'est agrandie avec ChérideMwa, Baby 1 en 2012 et Baby 2 en 2014 ! Un billet par jour pendant 4 ans puis un peu moins régulièrement depuis quatre ans et mon nouveau boulot... Mais vous avez plus de 1600 articles à lire alors, bonne lecture !
  • Contact

  • Chriss

Recherche

J'ai Déjà Écrit Tout Ça !

Tous Mes Articles Par Thèmes

10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 14:30

En Inde, le kolam est un motif d'inspiration géométrique tracé en poudre de riz au sol devant l'entrée de la maison en guise de bienvenue et pour porter chance et prospérité à la famille.



En voyage à travers l'Inde, j'avais lu "Compartiment pour dames" d'Anita NAIR, excellent roman qui fait découvrir de multiples facettes de ce magnifique pays, à travers la vie de femmes, réunies par hasard dans un compartiment de train pour un long voyage.

J'y ai trouvé ce récit sur le kolam :


"Un kolam tracé à la va-vite reflète une maîtresse de maison négligente, indifférente et malhabile. Quant à un kolam dessiné de manière recherchée, il indique un certain égocentrisme, de la vanité et une incapacité à faire passer les besoins des autres avant les siens. Les kolams sophistiqués et compliqués doivent être réservés aux occasions particulières. Ton kolam de tous les jours doit montrer que, si tu es économe, tu n'es pas avare. Il doit témoigner de ton amour de la beauté et du soin que tu apportes aux détails. D'une retenue. D'une certaine élégance et, surtout, d'une bonne compréhension de ta place dans la vie.  Ton kolam doit refléter ce que tu es : une bonne maîtresse de maison", dit Amma, dès que sa fille eut rangé pour de bon ses livres d'école.


Amma avait un cahier plein de motifs de kolams découpés dans les pages des magazines tamouls qu'elle lisait. On y trouvait des kolams adaptés à toutes les occasions possibles et imaginables dans un foyer brahmane. Puis, il y avait un choix de kolams ordinaires. De parfaits kolams de maîtresse de maison parée de toutes les vertus ménagères qui justifient que les belles-mères appellent leur belle-fille "la lumière qui guide la famille".


Ce qui, pour la plupart des familles, n'était qu'un simple rituel devenait pour Amma un art.
Et le kolam ordinaire que dessinait Ahkila se transformait en une expérience scientifique qu'elle évaluait tous les matins. D'abord, Akhila devait balayer, puis arroser pour éviter que la poussière ne vole. Habitant dans une ville, elle échappait à l'eau mélangée à la bouse de vache. Puis elle prenait le bol de craie brute qu'Amma rapportait par sac entier tous les mois et entreprenait de tracer un kolam. Huits points à la suite. Quatre en haut et quatre en dessous... Une fois les points dessinés, il fallait les entourer de lignes entrecroisées.

Quand elle avait terminé, Amma venait y jeter un coup d'oeil. "Pas mal, mais la prochaine fois arrange-toi pour que les points soient à égale distance et que les lignes ne s'interrompent pas entre deux points. L'astuce, c'est de laisser s'écouler entre tes doigts un filet régulier de poudre de craie..."



(photos de Bill et de Chriss : Le premier kolam est de Maduraï, la petite fille de Hampi et les trois derniers de Mahabalipuram)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Chriss - dans India
commenter cet article

Commentaires

Philémon 11/05/2009 18:07

Ca me fait penser aux artistes en herbe qui tentaient de gagner leur vie sur les trottoirs de Montpellier ou d'Avignon. Ca fait longtemps que j'en ai vu, d'ailleurs...

Chriss 11/05/2009 21:50


L'intention est bien différente !
J'aime bien aussi les dessins en trompe l'oeil sur les trottoirs.


NEEKOLLE 10/05/2009 17:31

C'est superbe ! Quel boulot, c'est de l'art et quel raffinement. Très intéressant ton article. merci à bientôt

Chriss 10/05/2009 19:22


Les petites filles commencent par des motifs très simples. C'est très géométrique. Mais c'est de l'art. Faut de la dextérité pour manier la fine poudre, respecter les contours, délivrer
continuellement la bonne quantité. De la mémoire pour se souvenir des motifs, de plus en plus complexes, différents suivants les occasions. Connaître la symbolique des couleurs.
C'est religieux aussi, c'est fait en l'honneur de Lakshmi.
Merci à toi.


Marie 10/05/2009 16:34

Je ne connaissais pas ça... c'est superbe... ça se dessine devant les maisons, sur les murs ??

Chriss 10/05/2009 17:56


Par terre bien sûr, juste devant le seuil de la maison.
J'aime cette idée de tradition des motifs qui se transmettent de mère en fille.


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -